Projet porté par Erasmus + et L’OFAJ,  Artivists, CAP2TRANSITION s’adresse à des jeunes âgé.e.s de 18 à 30 ans pour les aider à monter des projets artistiques de proximité autour des thèmes de la transition.

Basés sur le concept de voisinage, les projets soutenus visent à sensibiliser aux questions liées à la transition et à rechercher des solutions fondées sur l’intelligence collective, l’engagement des citoyens et le partage d’expériences.

Une série de webinaires, des rencontres en Allemagne, en Grèce et en France, la mise en place de projets créatifs où les participants explorent et échangent autour des pratiques artistiques et des méthodes d’activisme. L’opportunité pour Thealingua de mettre en avant la méthode d’apprentissage des langues étrangères par le théâtre et de proposer celle-ci aux jeunes participants.

  • Construire un programme de formations et d’échanges autour des notions de transitions, proposer la méthode pendant lors de ce programme hybride, se déroulant à la fois en ligne, avec une série de webinaires et en présentiel lors de trois moments d’échanges et d’activités de formation
  • Accompagner des jeunes à construire des projets qui reflètent leur vision du monde à travers l’art et l’activisme.
  • Développer le lien social par la création, le collectif et l’interculturalité
  • Fédérer autour du projet une communauté de jeunes participants qui combinent art et activisme pour initier des changements positifs dans leur cadre de vie et leur voisinage. 
  • Être initiateur de rencontres, de réseaux et d’échanges professionnels. 
  • Favoriser l’apprentissage de ses outils corporels par la pratique (théâtre, danse, chant, sport. etc.)
  • Amener à la rencontre de l’autre par la maîtrise de ses outils expressifs
  • Mettre en place des activités créatives sur la base de la pédagogie de projet.

A cet effet, Damien Poinsard et Anaïs Caillaud, Thealinguistes et pédagogues de théâtre, proposeront lors de la Phase 1, à Berlin, des ateliers de théâtre dédiés à prendre conscience de son corps, de l’espace partagé et du groupe afin de faire tomber une à une chaque barrière: la langue, la peur de l’inconnu(e), l’angoisse des premières interactions artistiques, les compétences de chacun… Afin d’ancrer les participants dans leur nouvel espace de partage et dans une nouvelle approche des autres. 

Les langues mobilisées dans le projet sont les langues européennes tel que le français, l’anglais, l’allemand et le grec. Nous mobilisons des jeunes qui viennent de France, d’Allemagne et de Grèce.

Dans une approche transversale de l’activisme et des techniques artistiques, les participants sont invités à découvrir et à se découvrir au travers d’ateliers menés par des professionnels: upcycling et photographie, cinématographie, cartographie sensible, théâtre… Des moyens d’explorer ses convictions, ses sensibilités, de se mettre en phase avec un groupe afin d’avancer ensemble et, enfin, de créer des œuvres pouvant changer ceux qui les font et ceux qui en sont témoins.

L’artivisme, dans le cadre du projet, se veut local, car à la démarche artistique doit s’accompagner d’une démarche de transition, de création d’une communauté (“nachbarschaft” en allemand, un “voisinage” qui en englobe non seulement l’aspect résidentiel mais toute la vie culturelle, politique, économique et sociale) ou d’une initiative qui fasse communauté: recyclage, ateliers de quartier, cantine collective, organisation d’un ramassage des invendus, micro-bibliothèque, etc…

 

Les principes de la permaculture (voir “Permaculture Humaine”, Bernard Alonso et Cécile Guiochon, 2016) et le mouvement “Transition Cities” initié par Rob Hopkins au Royaume Uni sont les inspirations majeures du projet: le développement local par la création (ou la recréation) de communautés impliquant tant le voisinage que les instances économiques, politiques et culturelles locales dans le but de créer des sociétés résilientes. L’apport du concept de Permaculture Humaine remet au centre de la société la manière d’approcher l’humain et replace la question sociale, l’écoute de l’autre et la bienveillance à son égard au cœur des processus sociaux et de la politique du quotidien.

 

L’art et l’imagination sont indispensables pour accompagner les processus de transition, pour démocratiser l’élan de création, de réformer, d’inventer de nouvelles manières de vivre. Contrairement à la croyance collective, l’art qui s’engage ne prêche pas les convaincus, il les tire hors de leur zone de confort et les fait prendre conscience des changements à opérer et de leur capacité à agir. Intégré à cette dynamique de transition, le processus artistique proposé invite le public à se mettre en mouvement, d’un état de choses à quitter vers un ailleurs désirable. En somme, une oeuvre d’art rate l’opportunité de changer une vie si celui qui s’en rend témoin ne trouve aucun débouché à ses conclusions, aucune construction dans laquelle réinvestir sa conviction nouvelle.

Ainsi, rassembler la communauté autour de propositions artistiques pour imaginer ensemble les chemins de la transition, de nouvelles routes ouvertes par un choc esthétique, une bombe à graines éclate et c’est un jardin qui fleurit.

Partenaires

Cours et Jardins, Berlin


Thealingua, projet de recherche et de formation franco-allemand


Fix-In Art, Thessalonique

Productions